Mutation Inter académique 2021

Documents utiles pour réussir sa mutation

Brochure 8 pages : “Réussir sa mutation interacadémique avec le SNUEP-FSU” Télécharger

US Mutations interacadémique 2021” : 32 pages pour comprendre les arcanes de la mutation interacadémique

Fiches de suivi “mutation inter 2021” :

Fiche-Mouv-inter-2021Télécharger

Fiche-Postes-specifiques-2021Télécharger

Contacts

  • Commissaires paritaires du SNUEP-FSU de Dijon
  • Mail : snuepdijon21@orange.fr
  • Tel : 03 80 33 21 76   ou   06 58 83 49 38
  • Commissaires paritaires nationaux du SNUEP-FSU

Tel : 01 45 65 02 56 – capn@snuep.fr

Rentrée du 2 novembre 2020, rendre hommage à S. Paty et exiger la sécurité sanitaire

31 octobre 2020

La décision autoritaire du ministre de sacrifier l’hommage à notre collègue Samuel Paty est un véritable scandale.  La réduire à une minute de silence, qui plus est, seul·e dans nos classes relève d’un mépris affiché pour nos professions.

Le SNUEP-FSU appelle l’ensemble de personnels à maintenir l’organisation de cette journée telle qu’elle a été prévue initialement et prévenir des maintenant leur direction. Un préavis de grève est déposé pour soutenir et protéger toutes les équipes dans leur démarche vis-à-vis des directions qui refuseraient de la maintenir.

La situation sanitaire dégradée nécessite aussi du temps pour une organisation sanitaire et pédagogique rigoureuse dans nos établissements. Nous ne pouvons et ne devons pas nous satisfaire des approximations contenues dans le protocole qui évacuent en plus la possibilité réelle de les mettre en œuvre (aération souvent compliquée du fait de certaines fenêtre, nettoyage régulier impossible du fait du manque de personnels…). Ce protocole est irresponsable car il ne permet pas de protéger les personnels, les jeunes et leur famille. Deux éléments absents doivent faire l’objet d’échanges dans les établissements : l’accueil de nos élèves en effectif réduit selon la taille des classes et des ateliers et les PFMP.

  • Pour les PFMP, on ne doit pas se satisfaire à maintenir en entreprise les quelques élèves qui ont trouvé des lieux d’accueil. Il faut absolument qu’elles soient reportées et que le texte réglementaire réduisant le nombre de semaines obligatoires soit maintenu en attendant de mesurer l’évolution de la situation sanitaire.
  • La distanciation physique est le geste barrière le plus efficace et cela fait consensus dans tous les courants scientifiques. Il est indispensable de le mettre en œuvre dans nos établissements. Nous devons exiger que tous les cours en classes entière soit revus au prisme de la taille de la salle et ainsi diviser le groupe classe en conséquence.
  • Les heures de co-intervention et de chef-d’œuvre doivent être redistribuées aux disciplines générales et professionnelles. Chaque enseignant·e doit s’attribuer un groupe et mener à bien l’enseignement de leur discipline. Cela répondra à deux objectifs primordiaux : protéger en réduisant le nombre de personnes dans des salles fermées et rattraper le retard qu’engendrerait la mise en place de groupe en général.

Le ministre refuse de nous protéger, nous devons donc décider collectivement dans les établissements de la meilleure manière de mettre en place cette protection. Le SNUEP-FSU exige une journée banalisée pour échanger dans chaque établissement des modalités d’organisation sanitaire et pédagogique.

Le préavis de grève déposé couvre l’ensemble de la semaine et pourra être reconduit. Le SNUEP-FSU s’engage à construire et à appeler à une journée de grève si le ministre s’obstine en refusant d’accéder à nos revendications les plus élémentaires que sont : la protection renforcée des personnels et des élèves et la mise en œuvre d’une organisation pédagogique la plus efficace pour l’apprentissage des élèves.

Attentat de Conflans St Honorine : Un acte ignoble et révoltant

Le SNUEP-FSU a appris avec effroi l’attentat dont a été victime un professeur d’histoire du collège de Conflans St Honorine.

Le SNUEP- FSU exprime son soutien à sa famille, ses proches et les personnels du collège. Cet enseignant a été tué pour avoir exercé son métier, en cours d’EMC, enseignement moral et civique destiné à échanger et débattre afin d’éveiller l’esprit critique des élèves : il a exposé dans ce contexte les caricatures de Mahomet, cours qu’il faisait depuis des années, dans le respect des croyances des uns et des autres, et de la laïcité.

C’est toute la communauté éducative, personnels mais aussi familles et élèves, qui est profondément atteinte et endeuillée, et au-delà l’ensemble de la société. L’assassinat lâche et abject d’un enseignant porte aussi attaque à des principes fondamentaux de la république comme la liberté d’expression, la liberté de conscience, la laïcité.

Le SNUEP- FSU demande que tout le soutien nécessaire soit apporté aux personnels et au service public d’éducation. Elle demande que chacun s’abstienne de toute instrumentalisation politique. Elle refusera toute stigmatisation des musulmans. Elle ne lâchera rien sur la nécessité d’apporter partout, pour tous, l’instruction, la raison, la réflexion et tout ce qui permet de construire l’autonomie de jugement.

Le SNUEP-FSU appelle d’ores et déjà à des rassemblements unitaires dimanche, 18 octobre 2020, à 15h00  partout en France.

Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Dijon : place de la République
  •  Chalon sur Saône : devant la mairie
  • Nièvre :  place de la Résistance
  • Mâcon : place Lamartine

BONNE RENTRÉE!

Toute l’équipe du SNUEP-FSU souhaite à tous les  personnels une rentrée réussie et plus sereine, malgré les circonstances difficiles .

Le mercredi 26 août s’est tenue une réunion entre les Organisations Syndicales (OS) et la secrétaire générale, le directeur de cabinet, le directeur des ressources humaines et l’inspectrice santé et sécurité au travail, le médecin du rectorat sur le sujet de la préparation de rentrée. Le rectorat a rappelé les objectifs du ministère : accueil de tous les élèves, faire attention aux élèves et notamment les plus fragiles.

Si le SNUEP- FSU peut partager cet objectif, elle ne peut que constater que le ministère ne met pas concrètement les moyens. Le rectorat n’avait pas encore connaissance du protocole définitif de l’éducation Nationale, ni même de l’existence de recommandations spécifiques à l’EPS, donc certains sujets de discussion s se sont trouvés tranchés une fois cette réunion terminée et les documents publiés ici. Le rectorat a présenté deux hypothèses au-delà de la période actuelle :

En cas de circulation active du virus localisé : présence alternée d’élèves, mais tous les élèves devraient avoir accès à des cours en présentiel chaque semaine. La présence en présentiel serait obligatoire. Il y aurait deux publics prioritaires : les élèves porteurs de handicaps et les CP/CE1 de l’éducation prioritaire

En cas de circulation très active du virus, c’est le préfet qui déciderait la fermeture des établissements.

Le rectorat a demandé aux chefs d’établissement deux tâches à réaliser dès le début de l’année : fiabiliser les moyens de contact avec les familles et assurer le transfert des compétences numériques aux jeunes dès le début de l’année.

Le directeur de cabinet a également précisé qu’il faudrait dans les équipes réfléchir aux conditions de l’évaluation formative et également aux conditions de construction des compétences.

Ils ont recommandé aux chefs d’établissement de ne pas organiser de voyages et de séjours pour l’instant. Pour les élèves de LP en Première et Terminale Bac Pro ou en 2ème année de CAP qui auraient été éloignés du monde professionnel en raison de la crise sanitaire, ils ont permis de placer des périodes de formation en entreprise à partir du 7 septembre.

Vous trouverez ci-dessous les différents sujets traités, ils ne sont pas exhaustifs puisque le nouveau protocole vient régler pour partie un certain nombre de nos questionnements.

Sur les personnels à risque :

Pour le rectorat tout le monde reprend en présentiel en situation normale de circulation du virus. Le Haut Conseil a publié une liste des personnes vulnérables. Ces personnels seront dotés de masques chirurgicaux de type 2 (qui ne sont pas de FFP2 que le ministère indique réserver à l’usage des professions médicales). Si le médecin considère que leur vulnérabilité est extrême, les agents seront placés en arrêt de travail. Pour les proches qui seraient vulnérables, l’administration renvoie au corps médical et à ses décisions.
Nous avons à nouveau dénoncé la mise en place du jour de carence qui pénalisera encore les agents.

Sur les masques :

Nous avons dénoncé la non mise à disposition des élèves de masques car nombre d’élèves ne vont pas, à l’instar des bourses, des fonds sociaux, demander des masques alors qu’ils sont dans les élèves ciblés par le ministère pour la distribution de masques gratuits. Cela aurait été donc aussi une mesure de protection des personnels que de fournir en masque les élèves.

Sur les masques pour les élèves : il y aura un stock tampon dans les établissements pour les élèves dont les familles sont les plus précaires. Le conseil régional fournira aux lycées un stock de sécurité correspondant à 25% des effectifs.

Le rectorat a rappelé qu’en cas de température supérieure à 38° les élèves et les agents sont invités à ne pas se rendre en présentiel au travail.

Une nouvelle livraison de masques en tissu devrait être faite aux personnels.

Sur la question des locaux, des points d’eau, notamment pour le lavage des mains :
Le rectorat renvoie aux collectivités, en étant consciente du problème.

Pour la FSU, les équipes risquent de se retrouver dans des conditions très compliquées pour organiser le lavage des mains.

Sur la question de l’équipement des personnels et de leur connexion, le rectorat renvoie à une prime en discussion nationale. Pour le SNUEP-FSU il est inacceptable que les personnels continuent à assurer (comme avant et pendant le confinement) sur leurs deniers leurs équipements et connexions.

Sur l’EPS et l’utilisation des salles spécialisées, nous sommes en attente d’une publication spécifique du ministère sur l’EPS (et d’une réunion avec la Rectrice sur la reprise de l’UNSS). Nous souhaitons qu’il en soit de même sur les salles spécialisées. Sur les salles spécialisées, le rectorat a demandé aux établissements de limiter le déplacement des élèves et donc de favoriser l’utilisation de salles fixes excepté les salles spécialisées. Les réponses que nous avons eues sur l’utilisation partagée du matériel n’étaient pas très claires, notamment sur leur son nettoyage entre deux classes. Nous sommes donc dans l’attente des publications du ministère. Ils sont en attente de précision sur la chorale.

En cas de cas avéré de COVID 19, il y aura une enquête de l’ARS pour identifier les cas contact s, c’est-à-dire des personnes qui auraient été en contact avec cette personne sans respect des gestes barrières (par exemple à la restauration). L’ARS ensuite décidera seule de placer les gens en quatorzaine. Le rectorat a rappelé l’intérêt de limiter les brassages pour ne pas avoir à fermer un établissement complet en cas de cas avéré.

Faites-nous remonter toutes les difficultés que vous rencontrez dans les établissements pour cette reprise.

Tout au long de l’année, le SNUEP-FSU  sera à vos côtés. N’hésitez pas à contacter Dijon qui transmettra aux correspondants départementaux : SNUEP-FSU

Carrières, statuts, conseils, accompagnement, défense, rencontres, … A votre service!

Mutation 2020

MUTATION INTRA : RÉSULTATS ET RECOURS

MUTATION INTRA 2020

Les résultats du mouvement INTRA seront connus le 18 Juin 18 h pour l’académie de Dijon

Cas possibles de recours :

  • pas de mutation
  • obtention d’un vœu non demandé (extension)
  • non obtention du vœu 1
  • erreur de barème.

Vous serez avertis du résultat par le rectorat qui précisera pourquoi vous n’obtenez pas votre voeu N°1 si c’est le cas. Vous aurez alors 2 mois pour déposer le recours.

Le recours, comment faire?

Il vous faudra envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception ou un mail au recteur.

Vous pourrez être représenté(e) par une organisation syndicale pour seulement deux situations: pas de mutation ou mutation hors vœux.

Vous ne pourrez pas être assisté(e) si vous obtenez un voeu autre que le voeu N°1 ou s’il y a une erreur de barème.

Pour être assisté.e, il faudra mandater le SNUEP-FSU dans votre recours.

ATTENTION! SI VOUS NOUS MANDATEZ, PRÉVENEZ NOUS !

LE RECTORAT NE NOUS COMMUNIQUERA PAS LA LISTE DES COLLÈGUES QUI NOUS MANDATENT DANS LEUR RECOURS DONC SI VOUS NE NOUS PRÉVENEZ PAS VOUS-MÊMES, NOUS NE SAURONS PAS QUE NOUS DEVONS SUIVRE VOTRE DOSSIER….

Pour nous contacter . Nous pouvons vous aider à rédiger votre courrier de recours.

Si vous obtenez un avis favorable à votre recours, vous serez nommé(e) sur des postes libérés tardivement ou après le mouvement. Les mutations ne seront pas “défaites”

  Plutôt que de “tirer” sur les profs, regarder la gestion du ministre Blanquer et ses effets

Depuis quelques jours sévit un véritable « prof bashing » dans beaucoup de médias qui pointent un prétendu chiffre de 5 % à 6 % d’enseignant·es qui seraient sorti·es des radars pendant le confinement ou en arrêt maladie de « complaisance » ! Continuer la lecture de Prof bashing→

 Apprentissage : Un effet d’aubaine au détriment des lycéens professionnels 

Dans le Café pédagogique du 12 juin 2020 : Professeur en lycée professionnel et co-secrétaire académique du Snuep-Fsu, Nasr Lakhsassi analyse les effets des récentes mesures prises par le gouvernement pour sauver l’apprentissage. Pour lui, ” En considérant l’apprentissage comme un moyen de lutte contre le chômage des jeunes, Muriel Pénicaud se trompe”. Lire la suite

 Plutôt qu’un nouveau plan de relance de l’apprentissage, investir dans le service public de la formation professionnelle :

Comme à chaque crise économique, l’apprentissage, système de formation très dépendant de ce type de conjoncture, se retrouve en très grande difficultés. Les branches professionnelles annoncent aujourd’hui entre 20 et 40 % de baisse des contrats d’apprentissage.  Le phénomène est d’autant plus inquiétant que la dernière réforme de la formation professionnelle de 2018, en modifiant le financement de l’apprentissage par un financement au contrat, fragilise l’équilibre financier des CFA. Si rien n’est fait, nombre d’entre eux pourraient fermer et mettre des milliers de jeunes à la rue sans solutions de formation. Lire la suite.

 Modalités de délivrances des diplômes de la voie professionnelle :

– La circulaire :  https://www.education.gouv.fr/bo/20/Hebdo23/MENE2013579N.htm