RÉFORME DES RETRAITES – ANNONCES DU 19 DÉCEMBRE

Depuis le 5 décembre, les salariées du public comme du privé expriment leur profonde colère et leur refus de la réforme des retraites à point dans des mobilisations d’ampleur et dans des actions diversifiées et multiples. Les professeur·es de lycées professionnels sont nombreuses et nombreux en grève et dans les cortèges à dénoncer cette réforme injuste et inégalitaire. Elles et ils dénoncent aussi leurs niveaux de salaires, leurs conditions de travail et la réforme Blanquer de la voie professionnelle.

Les mobilisations ont forcé le gouvernement à recevoir les organisations syndicales sur les salaires mais pour le moment rien de concret n’est encore sur la table. Les pistes envisagées ne sont toujours pas à la hauteur des revalorisations salariales que nous portons. Même si elle vacille légèrement, la volonté du ministre J.-M. Blanquer de nous infliger une contrepartie (missions supplémentaires, réduction des congés…) reste présente dans son projet.
Une nouvelle dégradation de nos conditions de travail est par contre bien concrète ! Le ministère a confirmé mercredi lors du conseil technique ministériel la suppression de 440 postes dans le second degré à la prochaine rentrée. La voie professionnelle qui risque fort d’absorber la grosse part de ces pertes sèches car la diminution de tous les horaires disciplinaires, implique inéluctablement des suppressions de postes.

Le gouvernement comme le ministre refusent d’entendre les personnels et les organisations syndicales qui exigent le retrait de la réforme des retraites : leurs premiers reculs notamment sur les générations concerné·es comme ceux sur le possible élargissements des critères de pénibilité à la Fonction publique sont encore très éloignés des revendications. Le gouvernement s’obstine donc à faire travailler plus longtemps les salarié·es, à baisser les pensions et donc à accroitre les inégalités entre les femmes et les hommes au moment de la retraite.
C’est le principe même de la retraite à point qu’il faut abandonner !

Le SNUEP-FSU engagé dans ce combat soutient tous les collègues et établissements en grève reconductible. Il appelle les personnels à participer aux manifestations notamment les samedis 21 et 28 décembre ainsi qu’aux actions décidées localement pendant la période des congés. Le SNUEP-FSU avec la FSU appelle d’ores et déjà à un nouveau temps fort par la grève le jeudi 9 janvier 2020.